diries, dictons météo et autres

Devinettes de Guipel

"J’ai essayé dans ce petit recueil de faire entrer tous les divers genres de devinettes qui caractérisent le goût, l’esprit, l’imagination des paysans de Guipel. Il est certain que les "gauloiseries" (jusqu’à l’obscénité) sont chères à nos bonnes gens. Honni soit qui mal y pense ! Car, au foyer familial, les plus honnêtes rient de bon cœur avec les plaisanteries les plus énormes."

D'après une note manuscrite sur son ex-libris à propos du N° de décembre 1905 de la "R.T.P.-Revue des Traditions Populaires".





Arc-en-ciel

Quand l'arc-en-ciel paraît, les enfants mettent de la salive dans le creux de la main, font le signe de couper cette salive en deux avec l'autre main, et disent en même temps : "Si tu laisses tes vaches passer dans mon pré Je te coupe par la moitié." L'enfant qui coupe l'arc-en-ciel ne doit pas l'avoir vu. Il est averti par ses camarades.

L'arc-en-ciel a sept couleurs, et puise son eau dans les ruisseaux et les étangs.

Arc-en-ciel du matin Met la pluie en chemin. (Mauvais signe)

Arc-en-ciel du soir Met la pluie en retard. (Signe de beau temps)

entendu à Guipel

rapporté par François DUINE dans R.T.P. (Revue des Traditions Populaires), t.19-1904, p.112





Lorsque la neige tombe

"Lorsque la neige tombe, l'on dit : « Ce sont les mouches de patience qui volent ! » Ce mot fait allusion à la mauvaise humeur des maîtres à l'égard des domestiques, en hiver, quand ceux-ci ne peuvent aller travailler dehors."

François DUINE, R.T.P. "Revue des Traditions Populaires", t. 18-1903, p. 346





Le firmament, les étoiles, et la lune

Devine, devinaille !

"La mère a un drap qu'elle ne peut plier ;

le père voit des louis d'or qu'il ne peut compter ;

et le fils regarde une pomme qu'il ne peut manger."

François DUINE, R.T.P. "Revue des Traditions Populaires", t. 20-1905, p. 507.





Invocation au soleil

Quand vient le soir, les petits bergers chantent : "Soula, couche ta, Que j'amène mon ava (mon bétail) A fils Bedou ; Fils Bedou n'est pas là, Je m'suis fourré dans un petit pertus, Comptant que le bon Dieu y fût ; Il y avait saint Tricot Qui graissait des coques ; Je lui en ai demandé Et il m'en a donné ; Le bout du nez m'en est resté."

mon ava (mon bétail)

entendu à Dourdain

rapporté par François DUINE (sous pseudonyme Fra DEUNI) dans R.T.P. (Revue des Traditions Populaires), t.23-1908, p. 36





Gallo et Breton

On peut apprécier comme François DUINE connaissait à la fois le Gallo et le Breton, entre :
ces 2 extraits des Annales de Bretagne, tome 16.1900-01, page 83
et ce 3ème extrait de son Cojou Breiz, page 79 où il n'a donné que la traduction française de la devinaille
1- Cette devinette se trouve en Basse-Bretagne et je l'ai notée dans mon Cojou Breiz, 1ère série : Plougasnou (Paris, Bouillon, 1896). À Dol, comme à Plougasnou, j'ai entendu aussi l'énigme suivante : "Dougerez ar vamm ; dougerez ar verc'h, e kof e mamm." Il s'agit d'une jatte pleine d'eau dans une baratte remplie !
2- Dû du d'sus (= dur du dessus) ; dû du d'sous ; mou à l'entour ; deux cônes (= deux cornes) à la tête, et yune (et une) dans l'cul. (Un soufflet)
3- "Dur est le dos, dur est le ventre, mous les côtés ; un bec au réor, deux cornes en tête. (Un soufflet)